Disparition de Pierre Matheron

Chers Amis,

C’est avec douleur que nous vous annonçons le décès de Pierre Matheron survenu ce jeudi 7 avril.

Pierre nous a emmené dans la merveilleuse aventure du Tunnel sous la Manche en tant que notre Directeur Construction France et Administrateur unique du Groupement d’Intérêt Économique Transmanche Construction.

Ce grand professionnel des travaux publics, ingénieur diplômé de l’École des Mines de Nancy entre à la SGE (Société Générale d’Entreprise devenue depuis le Groupe Vinci) en 1950 et ne la quittera plus.

Il consacre ses huit premières années de travail aux travaux souterrains sur plusieurs chantiers du Centre et du Sud de la France, il dirige ensuite, en Algérie et au Sahara, divers chantiers routiers ainsi que des aménagements pour les pétroliers notamment à Ohanet et In Amenas.
Revenu en France, il dirige, place de l’Étoile à Paris, le chantier de creusement du tunnel du RER A entre les stations Étoile et Pont-de-Neuilly, chantier utilisant le tout premier tunnelier de grand diamètre en milieu hyperbare.

Il rejoint le siège de la SGE en 1969 pour piloter des soumissions de son entreprise en réponse à divers appels d’offres, en particulier celle réussie concernant la première aérogare de Roissy Charles-de Gaulle et fait aussi un passage, bref mais prédestiné, à SITUMER, société d’ingénierie en charge du projet de tunnel sous la Manche des années soixante-soixante-dix.

De 1970 à 1974. Il dirige, les travaux gigantesques de construction de l’usine sidérurgique SOLMER à Fos-sur-Mer. Ce chantier mobilisant 12 000 ouvriers est réalisé en temps voulu malgré de nombreuses difficultés régionales et sociales.

De 1974 à 1980, il prend, au siège de Rungis, la direction des services techniques travaux publics de la SGE, tout en pilotant plusieurs grands projets dont le nouvel aéroport de Nice, le tunnel routier du Fréjus et le barrage de Villerest sur la Loire.

Il assure aussi en Iran la reprise du chantier de la centrale thermique de Tabriz lors de la période troublée de 1979-1980.

Début 1981, il part en Égypte pour piloter, dans un premier temps, la négociation des contrats du métro du Caire et du port de Damiette, puis, après signature de ces contrats, prendre sur place jusqu’en 1986 la direction générale du consortium franco-japonais chargé de la réalisation du nouveau port en eau profonde de Damiette (projet d’un demi-milliard de dollars).

Début 1986, proposé par SGE et coopté par les cinq entreprises françaises du GIE TMC (Transmanche Construction), il prend les fonctions de Directeur Construction France de TML (Transmanche Link) tout en étant membre du Comité exécutif franco-britannique de TML et administrateur unique du GIE TMC. Il assure ces fonctions jusqu’à sa retraite en 1993, à plus de 65 ans.

L’aventure du Tunnel sous la Manche est marquée de l’empreinte de Pierre, non seulement pour la réussite technique de ce projet considéré comme le chantier du siècle, mais aussi pour avoir créé une équipe de plus de 3000 personnes mobilisées sous son autorité à la réussite de cette réalisation exceptionnelle, son pari de recruter la quasi-totalité du personnel ouvrier du chantier dans une région déjà sinistrée en termes d’emploi, la collaboration confiante qu’il a su créer avec les représentants des communes, des instances départementales et régionales ainsi que des instances représentatives du personnel, de l’inspection du travail et des organismes de sécurité.

Titulaire de la Médaille du Travail, il est chevalier dans l’Ordre National du Mérite et officier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur.

C’est l’ensemble des acteurs de ce merveilleux chantier qui se sentent orphelins en perdant un leader, un père et un ami.

L’ensemble des membres de l’Amicale du Tunnel sous la Manche se joignent à moi pour exprimer à son épouse Brigitte, ses enfants, ses petits-enfants et toute sa famille et leurs amis leur affection et leur tristesse.

Philippe Vandebrouck

Président de l’Amicale des Bâtisseurs du Tunnel sous la Manche

Une réflexion sur « Disparition de Pierre Matheron »

  1. Nous perdons là un meneur d’Hommes, un Manager, un Gestionnaire, un Visionnaire et un être surtout plein d’Humanité…
    RIP Monsieur Matheron, je suis fier d’avoir commencé ma carrière sur ce chantier et j’espère avoir au moins laissé à mes équipes depuis, un peu des compétences et du savoir être que vous représentiez.
    je ne parle jamais du tunnel sous la Manche lors des entretiens d’embauches que je fais et pourtant j’y ai appris beaucoup de choses sur la vie et sur le management mais pas que.
    Sincères condoléances à ses proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.