Bilan: Quel impact du Covid sur Getlink en 2021 ? (NL 21 janvier 2022)

Un article publié par Nord Littoral le 21 janvier 2022.

Par Thomas Deleglise

Le chiffre d’affaires de GetLink en 2021 est à nouveau moins
bon que celui de l’année précédente. Mais tous les indicateurs
n’ont pas viré au rouge avec la pandémie de Covid-19.

2 021 aura été une année contrastée. » Ce sont les mots de Yann Leriche, directeur général du groupe GetLink. Contrastée parce que le chiffre d’affaires continue sa descente dans ce long toboggan qu’est le Covid-19, et que dans le même temps, certains indicateurs pointent au vert, et de grands projets qui continuent d’avancer verront bientôt le jour (voir ci-dessous).


DEUXIÈME ANNÉE DE RECUL
Ils pensaient avoir touché le fond du fond en 2020 avec le début de la crise sanitaire et les restrictions gouvernementales qui les ont touchés de plein fouet. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Au niveau du chiffre d’affaires, 2021 a été pire que 2020, avec une baisse de 6 % sur les deux années. Il s’élève donc à 774,4 millions d’euros, soit 41 millions de moins que l’année précédente. « Le chiffre d’affaires consolidé du groupe est évidemment touché par les effets de la crise et des restrictions de voyage qui ont perduré tout au long de l’année », explique Yann Leriche dans un communiqué.
Par rapport à 2019, une année « normale », la baisse est de 25 % en 2021.


DES SIGNES POSITIFS
Le paradoxe est souligné par le directeur général du groupe : « Pourtant, nos parts de marché sur le segment passagers n’ont jamais été aussi hautes. » Si Eurotunnel a vécu une année perturbée sur les navettes passager avec trafic de véhicules de tourisme en baisse de 32 %, il a tout de même fonctionné à
hauteur de 960 000 véhicules de tourisme transportés, et a gardé une part de marché voitures à un niveau de 74 %, soit quatre points en plus. Également, près de 1,4 million de camions ont traversé la Manche à bord des navettes en
2021, confirmant le statut de leader du marché avec une part de près de 40 %.


LE FRET A DU BON
Même son de cloche du côté du trafic de marchandises. Eurotunnel enregistre une baisse de 6 % sur les navettes camions et une autre de 5 % sur les trains de marchandises. C’est la filiale Europorte, spécialisée dans le fret ferroviaire,
qui assure sur ce point avec une hausse de 6 % du chiffre d’affaires grâce au démarrage de nouveaux trafics nationaux et de services internationaux. Ce sont aussi les chiffres du quatrième trimestre 2021 qui rassurent, puisqu’ils sont globalement en hausse… La fin du calvaire est-elle venue ? Dans ses vœux adressés aux salariés, Jacques GOUNON président de GetLink, indique : « Je suis confiant pour 2022 car notre stratégie reste identique : offrir à nos clients la meilleure qualité de service dans toutes nos activités. »
Reste à savoir si la pente ne sera pas trop rude à remonter puisque le dossier Brexit est encore en cours. Et réserve peut-être de nouvelles surprises, alors que le nouveau port de Calais compte bien s’installer sur différents marchés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.