Le BETU, Bureau d’étude du Tunnel

La disparition le 26 octobre dernier de Jean-Paul NOEL-LEROUX, Directeur du BETU de juillet 1986 à juin 1994, ingénieur d’une grande compétence, très apprécié pour ses qualités humaines, nous invite à lui rendre hommage en rappelant ce que fût le BETU, Bureau d’Etude du Tunnel sous La Manche dans l’organisation de l’Ingénierie.

Le BETU a été constitué au cours de l’été 1986. Il rassemblait environ 60 personnes des bureaux d’étude des entreprises Spie Batignolles et Société Générale d’Entreprise (SGE), membres du GIE Transmanche. Il était installé à Vélizy.

Une structure équivalente, le BETER, d’environ 110 personnes, dirigée par Jacques CORTADE, a été créée simultanément pour les études du terminal France, mobilisant du personnel d’études de Bouygues, SAE et Dumez, les 3 autres entreprises du GIE TMC, et installé à Nanterre.

La mission du BETU était de réaliser les études de génie civil et de synthèse des ouvrages souterrains de la partie française du tunnel sous la Manche, des ouvrages de surface de Sangatte, du portail de Beussingue, et aussi la conception du tracé des tunnels et des voies ferrées pour la partie souterraine du projet y compris côté anglais.

Ces études comprenaient les études préliminaires de développement, les études d’esquisses, d’avant projets sommaires, d’avant projets définitifs, d’exécution, mais aussi des études et suivis d’essais multiples notamment pour la mise au point de bétons de haute performance, les voussoirs des tunnels en béton ou en fonte, les joints d’étanchéité,  les mesures de prévention contre la rage, la durabilité des matériaux.

Des compétences variées ont été mobilisées: experts, spécialiste de voie ferrée, ingénieurs, projeteurs, métreurs,  géomètres, géotechniciens, gestionnaires.

Elles ont conduit à la production d’environ 11 000 documents : plans, spécifications techniques pour les achats ou la construction, rapports d’essai, études d’évaluation des systèmes de voies ferrées.

Ces études ont permis par exemple la mise au point de conceptions innovantes en 1986 notamment pour les voussoirs en béton armé de haute performance des tunnels, conduisant à des économies de l’ordre de 30 000 tonnes d’acier, et 12 000 tonnes de ciment.

Le BETU, particulièrement motivé et réactif, travaillait dans l’organisation de l’ingénierie Tunnel France en relation étroite avec les Services Travaux chargés de la mise au point des méthodes de construction, les ingénieries chargées des études électromécaniques et du système de transport, des spécialistes tels que le BRGM ou Simecsol, les architectes des ouvrages extérieurs , pour produire les études de synthèse et les études du génie civil et des bâtiments, appliquant les principes de l' »ingénierie simultanée » dès le début projet.

Ce texte est aussi l’occasion de rendre hommage au personnel du BETU, et tout particulièrement à Jacques PRIMOT, Jean Audé, Jacques LEMASSON, Rémi BILLANGEON, Peter JENSEN, Alain CAPRA, Georges BLAISE, Nicolas BOUR, Alain LARRIERE, Jacqueline CHANTRE, pour leur rôle discret mais tellement essentiel pour la réussite du projet.

Laurent LEBLOND

Ancien Directeur de l’ingénierie

Remerciements particuliers à Leslie XUEREF et Jean-Michel LAVAL, anciens du BETU, pour la recherche documentaire.

Le lien vers les documents détaillés de la Mémoire du Tunnel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.