Après la Seconde guerre mondiale

Le Groupement d’Etudes et de Coordination de l’Urbanisme Souterrain (GECUS) modifie ce projet et propose un double tunnel mixte ferroviaire et routier. Dans deux tubes parallèles (un dans chaque sens) circulent sur l’étage supérieur, les voitures et les deux roues, et sur l’étage inférieur, les trains. Un tube postal et un pipe-line sont également prévus.

ILL14

En 1951, le Professeur Demart de l’Université Libre de Bruxelles, propose le premier projet d’un tunnel immergé en acier inoxydable partant de la côte belge, entre La Panne et Ramsgate.

En 1954, le Gouvernement britannique dirigé par Sir Winston Churchill fait savoir qu’il ne s’opposera plus à un projet de tunnel, les progrès militaires rendant illusoires les anciennes notions d’envahissement par un tunnel. De plus, dans le cadre de l’OTAN, un lien fixe est jugé très utile.

Ce changement d’attitude va entraîner de nouveaux projets et la création de nouvelles sociétés.

ILL15

Ainsi le 26 juillet 1957 est constitué le Groupement d’Etudes du Tunnel sous la Manche (GETM) qui proposera un tunnel ferroviaire foré à deux galeries.

La même année, André Basdevant propose un tunnel mixte ferroviaire-routier.

Le 27 décembre 1960 est créée la Société d’Etude du Pont sur la Manche (SEPM) qui présentera un projet de pont métallique comprenant des voies ferrées, des chaussées routières et des chaussées pour les deux roues.

La société d’Etude du Tunnel complet routier et ferroviaire sous la Manche (SETCM) propose un tunnel immergé abritant deux voies en béton armé.

Le 17 novembre 1961, les Ministres des Transports des deux pays créent une commission franco-britannique dont l’objet est de comparer les différents projets tant du point de vue technique, qu’économique, financier et militaire. Elle optera pour un tunnel ferroviaire foré.

En 1962, un ingénieur anglais Claude Hardy et un ingénieur Japonais, le docteur I. Ishiguro proposent la construction d’un barrage, les voitures et les trains s’engageant dans des tunnels aménagés à l’intérieur du barrage. Pour rentabiliser l’ouvrage, ils comptent vendre le courant électrique produit.

Page précédente                                                                                    Page suivante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Un site en construction …